Terrorisme de pauvres. Terrorisme de riches.

 Harper attaque.

Trudeau se questionne.

Mulcair parle des Droits de l’Homme.

 Selon le Larousse, le terrorisme est un ensemble d’actes de violence commis par une organisation pour créer un climat d’insécurité, pour exercer un chantage sur un gouvernement ou un groupe, pour satisfaire une haine à l’égard d’une communauté, d’un pays, d’un système.

Loin de moi l’envie de cautionner le terrorisme, mais suite à cette définition claire de ce qu’il est, nous devons nuancer le discours, car on ne peut accuser et critiquer l’autre sans être conscient de nos propres agissements. Les Occidentaux sont des experts du sophisme de la double faute, mais tenter de justifier nos actes en prétextant que d’autres font pire n’est décidemment pas la bonne voie vers la paix.

Le gouvernement Harper renforce la loi anti-terroriste S-7, en prétextant vouloir protéger le peuple canadien et combattre la peur. Comme le dit le ministre de la sécurité publique, Vic Toews : « Il s’agit de protéger ce pays des terroristes et de la peur qu’ils sèment. Le terrorisme continue d’être une menace réelle pour le Canada. »

 Cette dite peur est-elle aussi omniprésente que les autorités et leurs médias nous le laissent entendre ? S’agit-il d’une peur réellement causée par les actes terroristes ou s’agit-il plutôt d’un délire paranoïaque causé par le discours anxiogène des autorités ? Qui sont les véritables générateurs de peur ? Le gouvernement Harper ou les terroristes ? Qui en tire avantage ? Les terroristes ou les gouvernants de droite qui en prennent prétexte pour resserrer les libertés civiles et accélérer la militarisation du Monde ?

 Si nous revenons à la définition même du terrorisme, le Harperisme ne serait-il pas une forme institutionnalisée de terrorisme ?

 1- Ce gouvernement fait acte de violence au Moyen-Orient dans sa « supposée » mission de paix. Il fait acte de violence en contribuant à l’exploitation du Tiers-monde. Il viole l’environnement avec ses projets pétroliers et son refus du protocole de Kyoto. Il viole les droits en libertés en musclant le contrôle social à des fins supposément anti-terroristes, allant même jusqu’à déroger aux fondements du système judiciaire…

 2- Ce gouvernement crée un climat d’insécurité en alimentant une paranoïa collective exacerbée par la méconnaissance et les préjugés à l’endroit de l’Islam. Il insécurise la population canadienne en remettant en cause le registre des armes à feu. Il insécurise les peuples du Moyen-Orient par sa présence répressive dans leur région…

 3- Ce gouvernement exerce le chantage en menaçant les peuples du Moyen-Orient de représailles économiques. Il exerce le chantage auprès la population canadienne en nourrissant le faux dilemme qui oppose mensongèrement la protection de l’environnement au développement économique.

 4- Il attise la haine à l’égard du monde musulman en entretenant la confusion la plus vicieuse entre « les Arabes », « l’Islam », « les islamistes », « les intégristes » et les « terroristes ».

 Pour sa part, Trudeau dit s’interroger sur les motifs du terrorisme. Est-ce une question sérieuse ? Est-il stratégique ou ignorant ? Invite-t-il ainsi les conservateurs à partager une réponse qu’il connaît déjà, ou l’ignore-t-il vraiment ? Faut-il réellement l’expliquer ?

 Nul besoin de mentionner que le Canada n’est devenu qu’une simple extension des Etats-Unis, mais qui reste délimité par une frontière superficielle. Or, considérant que la très vaste majorité des « terroristes » est issue des peuples les plus appauvris par l’exploitation capitaliste mondiale, il n’est pas étonnant que certains individus, parmi les peuples les plus opprimés, en arrivent à croire erronément que la violence est la seule issue à la misère. À leurs yeux, leurs motifs de déclarer la « guerre des pauvres » sont certainement aussi nobles que les motifs sur lesquels s’appuient les « guerres des riches », lorsque leurs armées sèment la terreur et la destruction dans le seul but de protéger les profits des plus grandes entreprises.

Malgré que l’on puisse comprendre les motifs du phénomène terroriste, il est certain qu’il est condamnable : massacrer des civils pour forcer les États à changer de cap n’est évidemment pas une bonne stratégie, car elle provoque toujours une surenchère de répression. La solution ne réside donc pas dans le terrorisme contre le terrorisme, autant d’un côté que de l’autre.

 Ainsi, Mulcair fait bien de se concentrer sur les Droits de l’Homme. Il faut combattre les inégalités entre les peuples et cesser de voir le monde comme un grand jeu de Monopoly d’où chacun ne peut tirer bénéfice qu’en prenant celui d’autrui. Dans un monde de justice sociale et économique, le terrorisme ne pourrait exister, ou du moins, ils n’auraient plus d’argument pour tenter de se légitimer.

Publicités

Laissez aller votre grande gueule...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s