L’Hypertée

Mon tracé droit, les belles paroles,

froides et menues, comme le temps

D’une histoire qui n’a pas d’age

que la brise d’une rumeur qui vous frôle

 

Mon coeur n’a pas d’oreille

Il gît sous la chair,désobéissant

Ce pouls incessant qui résonne

dans l’être fier qu’il porte

 

Mon tracé droit, les belles paroles,

Froides et menues, comme le coeur

Publicités

Laissez aller votre grande gueule...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s